Site officiel de la ville de Pertuis

04 90 79 02 74

Une belle découverte au dos d’un des tableaux de l’église St Nicolas

C’est une découverte extraordinaire qui a été présentée lors du dernier conseil municipal.
Dans le cadre des travaux de l’église Saint Nicolas, l’ensemble des tableaux sont en cours de restauration. L'un de ces tableaux de maître, une bannière représentant la résurrection du Christ datée de 1626 et provenant à l’origine du couvent de Carmes, était lui aussi sur le point d'être restauré...
Or, une énorme surprise attendait les spécialistes qui se sont attelés à cette tâche. En effet le Christ en résurrection était peint sur l’arrière d’une autre bannière plus ancienne qui représentait une procession.
Ce que les maîtres d’œuvre des restaurations vont alors découvrir est tout simplement extraordinaire au niveau historique : la procession serpente sur la place du marché (place Mirabeau aujourd’hui). On y voit des pénitents blancs qui s’apprêtent à entrer dans l’église Saint Nicolas, suivis par des ecclésiastiques et des hommes laïcs. Les visages de ces pertuisiens sont d’une finesse extraordinaire, ce sont probablement des consuls de notre ville. En fond, un groupe de pertuisiennes ferme la marche.

L’originalité de ce qui fut probablement une bannière des Carmes, réside dans le fait que le décor entourant la procession n’est autre que la place Mirabeau au 17ième siècle.
Et les détails du tableau sont d’un réalisme étonnant. Ainsi nous pouvons voir l’église saint Nicolas avec son clocheton disparu, ainsi que le fronton orné d’un Saint Nicolas (qui aujourd’hui a été remplacé par le Christ en croix), la Rue Saint Nicolas est représentée (aujourd’hui rue Voltaire), et notre maison consulaire (la mairie à cette époque).
Plus étonnant encore, sur la droite de Saint Nicolas est représentée la chapelle des pénitents noirs, confrérie née en 1561, enfin et surtout apparait le château de Pertuis, ses murailles et ses tours, flanqué de son donjon, qui n’avait pas encore son clocher, celui-ci ayant été construit en 1609. Notre château fut détruit quelques temps plus tard.
La bannière est en fait une véritable photographie historique et unique de la place Mirabeau entre 1561 et 1609, dans la dernière partie du 17ième siècle.

« Notre église importe autant à ceux qui s’agenouillent devant l’autel qu’à ceux qui la regardent depuis la place Mirabeau, rien d’étonnant à ce qu’on veuille la sauver. Elle nous réserve des surprises extraordinaires » nous explique le maire Roger Pellenc, fier de cette trouvaille.
« Les pertuisiens, c’est une véritable histoire millénaire partagée, elle resurgit aujourd’hui, il est à noter que l’on sauve ce que l’on aime mais on aime ce que l’on connait, à nous de vous la faire partager » renchérit Jacques Barone, adjoint.