Site officiel de la ville de Pertuis

04 90 79 02 74

Les espaces naturels

La "Coulée Verte" amène la nature en ville

Elus et associations se sont réunis samedi 24 septembre pour découvrir une des dernières réalisations de la municipalité, appelée poétiquement « la Coulée Verte ».
Il s’agit d’un ensemble de réalisations visant à améliorer le cadre de vie de l’ensemble des habitants de Pertuis, avec l’idée de ramener la nature en ville.
Cette « Coulée Verte » prend sa source au Boulodome Goujon, puis se prolonge le long de l’Eze sous la forme d’un parcours santé et d’un sentier botanique. Sans oublier les 14 jardins familiaux créés aux abords du quartier de Setti de Barba, entièrement restauré.

Un boulodrome Goujon flambant neuf

Forte de ses 158 adhérents, l’association « la Boule pertuisienne » s’inscrit dans le paysage local comme un acteur incontournable de la vie de la cité. Cette association, présidée par M. Muscat, abrite en son sein nombre de joueurs émérites, distingués tant au niveau régional que national, et organise chaque année une vingtaine de concours officiels de pétanque et de jeu provençal rassemblant plusieurs centaines d’amateurs. En point d’orgue, le Grand prix bouliste, qui a fêté cette année sa 74ème édition, qui s’inscrit comme un moment phare de la vie sportive pertuisienne.
A noter qu'une nouvelle association bouliste a également été créée récemment, « Les amis de la boule de l’Eden ».

Tant de passion méritait bien de la part de la ville un équipement à la hauteur du talent de nos amis boulistes. Ce nouveau boulodrome, permettra en effet d’accueillir dans les règles de l’art, 32 équipes simultanément et suscitera l’attrait des inconditionnels du cochonnet de France entière.
Pour autant, ce nouvel équipement n’aurait pu voir le jour sans le concours des services de la commune qui sont intervenus au quotidien sur ces chantiers pendant près de 6 mois :  voirie, espaces verts, bâtiments, environnement et sports, aux côtés des entreprises exécutantes, et bien sûr les élus Lucien Galland, Michel Autran, et Michel Fournier.

Un parcours sportif en plein cœur de la ville

Suite aux inondations de l’Eze, cet espace est resté pendant de longues années en friche alors même qu’il jouxtait un patrimoine naturel remarquable.
Aujourd'hui, c'est un tout autre espace que nous découvrons, façonné dans une démarche affirmée de développement durable. De par son implantation géographique, ce chemin constitue un lien évident entre le centre-ville, et sa campagne.
Les objectifs de ce projet étaient de conjuguer une pluralité d’usages :
- sociale d’abord avec la création d’un espace de plein air en faveur des pertuisiens ;
- sportive ensuite, avec des agrès en plastique recyclé et des appareils de fitness ;
- environnementale et paysagère évidemment avec la plantation d’arbres et arbustes favorisant la biodiversité ;
- et enfin, pédagogique avec le sentier botanique et le verger villageois.
Une mission accomplie grâce notamment à la CPA qui a pris en charge 50% du chantier ainsi qu'aux services environnement et espaces verts qui ont œuvré aux côtés des entreprises exécutantes pour cette magnifique réalisation.

Le Setti de Barba rénové

Parc social appartenant à Mistral Habitat construit au début des années 80, le Setti de Barba comptait initialement 140 habitations en immeubles collectifs et maisons individuelles.
De par sa proximité avec l’Eze, ce quartier a subi à deux reprises la colère de cette rivière qui a marqué à jamais les habitants de l’époque. Ces évènements tragiques ont considérablement modifié l’aspect de cette résidence pour laquelle il a été nécessaire de supprimer de manière préventive une partie des logements en rez-de-chaussée trop exposés au risque de crue.
Mistral Habitat a donc lancé dès 2012 un projet de réhabilitation de l’ensemble des logements.
Cette opération d’envergure, attendue depuis de nombreuses années par les résidents, aurait été incomplète si les espaces extérieurs étaient restés en l’état. Aussi, la ville en tant que propriétaire de ces parcelles a lancé, avec le soutien financier de la Communauté du Pays d’Aix et de la Région, un vaste programme de rénovation visant à améliorer le cadre de vie des habitants.
Au terme de plusieurs mois de travaux, le quartier s’est complètement transformé : réorganisation et sécurisation des voies de circulation, du stationnement et des cheminements piétons, restructuration des espaces verts et des lieux de convivialité et création de jardins familiaux, intégration du réseau de transports urbains, et création d’équipements modernes facilitant le tri sélectif et la collecte des ordures ménagères.

La ville souhaitait également que ce quartier trouve pleinement sa place dans la ville. Totalement enclavé il y a encore quelques mois, le quartier se retrouve aujourd’hui au cœur du projet d’aménagement de « la Coulée Verte ».
L’espace libéré par la démolition des villas, et non exploité pendant de nombreuses années, a ainsi été reconverti en cheminement permettant de relier le centre-ville à la promenade du Canal Sud Luberon.
Ainsi, en ayant réhabilité le Setti de Barba, la commune et ses partenaires ont contribué à améliorer considérablement le cadre de vie des habitants, à soutenir et à accompagner le monde associatif dans ses missions de proximité, tout en offrant à l’ensemble des Pertuisiens un nouvel espace de plein air dédié à la détente.

Les jardins familiaux du Setti

14 jardins familiaux ont été mis à la disposition des résidents du quartier du Setti de Barba, constitués en association pour gérer le site, présidée par Mina ABBAS.
Au-delà de l’aspect paysager, ces jardins familiaux permettent à plusieurs familles de disposer de légumes et des fruits de qualité à moindre coût. Ils favorisent également le maintien du lien social, qui a tendance à s’étioler de nos jours.
Voici donc finalisé un projet de longue haleine, complexe de par le nombre d’intervenants qui y ont été associés, et dont je suis très fier car ce poumon vert en plein cœur de notre ville apporte une amélioration considérable au cadre de vie des Pertuisiens. Je vous propose maintenant de rejoindre tranquillement le boulodrome pour un rafraichissement bien mérité.

Plus de 700 places de parkings gratuites !

Un des défis de la municipalité était de rendre son centre-ville à ses habitants en y limitant l’usage de la voiture au profit des moyens de circulation doux, tels que le vélo, le bus ou encore la marche à pieds sans pour autant contraindre son accessibilité.
Pour cela, il nous fallait, notamment, augmenter considérablement la taille de notre parc de stationnement gratuit. C’est maintenant chose faite avec les parkings de la Dévalade et Goujon, qui nous assurent 715 Places gratuites, dont 17 pour les personnes à mobilité réduite, un record pour une ville de 22 000 habitants. Ces parkings, disposent également d’un ascenseur permettant d’accéder immédiatement à la place Jean-Jaurès et aux commerces du centre-ville. Je pense que peu de villes peuvent s’enorgueillir de disposer d’autant de places gratuites en plein cœur de ville. L’aménagement de ces parkings a été rendue possible grâce au concours de la Communauté du pays d’Aix et de nos services municipaux. Qu’ils en soient remerciés.

Pour la réalisation de l’ensemble de la coulée verte, la Ville, qui a bénéficié d'aides de la Région et la communauté du Pays d’Aix (50 %), a investi plus d’1,9million d’euros.
Un million pour le seul parking de la Dévalade mais aussi 280 000 € pour les travaux du boulodrome Goujon et 646700 € pour la réhabilitation des espaces extérieurs du Setti de Barba.


1er prix villes et villages fleuris pour Pertuis !

La commune de Pertuis a obtenu le 1er prix de sa catégorie pour le concours départemental des Villes et Villages fleuris.

Et ce n'est pas tout ! Le jury départemental a décidé de présenter la commune pour l'octroi d'une première fleur !

Félicitation au service des espaces verts pour cette réussite qui est une vraie reconnaissance de son savoir-faire et de son implication à l'embellissement de notre Ville.

Réservez déjà votre WE du 17 et 18 septembre ! A l'occasion des 33èmes journées européennes du patrimoine, vous pourrez découvrir en centre ville des jardins de « simples »* hérités des jardins médiévaux, créés par les services espaces verts sous la houlette de Pierre Olasagasti et Manuel Maggio.

*Savant mélange de plantes aromatiques, rudimentaires et médicinales aux vertus thérapeutiques présentées en quatre carrés.


Environnement : une charte pour une forêt plus rentable et plus durable

Communiqué de presse de la CPA

AIX-EN-PROVENCE, le 31 janvier 2013 – Exploiter le capital de la ressource en bois des forêts du territoire tout en renforçant la résistance aux risques d’incendie : tel est le défi que la Communauté du Pays d’Aix entend relever au travers des objectifs fixés par la charte forestière.

La raréfaction et la hausse des prix de l’énergie de même que les besoins de bois dans la construction ou pour la pâte à papier ouvrent des perspectives nouvelles en termes de débouchés économiques pour les réserves en bois du Pays d’Aix jusqu’ici sous exploitées.

Avec 72 484 hectares d’espaces naturels et de forêts, soit plus de la moitié de la surface de son territoire, le Pays d’Aix dispose en effet d’un gisement évalué à 1,7 million de tonnes de bois sur pied, en progression de 80 000 tonnes par an. Ce potentiel est néanmoins fragilisé par le recul de la gestion forestière et l’exposition aux risques naturels qui en résulte.

L’analyse conduite dans le cadre de la mise en place de la charte forestière montre l’émergence des nouveaux besoins tels que le bois énergie et plaide donc en faveur d’un développement de la sylviculture.

Le gisement de bois disponible en Pays d’Aix, sans compromettre la ressource, est évalué à environ 40 000 tonnes de résineux par an, toutes forêts, publiques et privées, confondues. Compte tenu de l’état actuel de l’exploitation estimé entre 30 et 35 % de ce potentiel, les propriétaires disposent d’une réelle marge pour mener une gestion durable une exploitation raisonnée de leurs forêts.

La charte forestière dont la Communauté du Pays d’Aix s’est dotée répond donc à un double objectif : protéger la forêt et sa biodiversité ; développer la production de bois et la filière industrielle liée à son exploitation, à sa transformation et à sa commercialisation.

Au-delà de cette dimension purement économique et de ses vertus écologiques, la forêt constitue aussi un patrimoine caractéristique des paysages du territoire. La Communauté du Pays d’Aix entend donc le préserver au travers de cette charte élaborée en concertation avec les représentants des propriétaires privés et publics, des professionnels de la forêt, de l’artisanat et des chambres consulaires, des urbanistes et des élus des communes.

Inscrit dans la Charte vers un développement durable du territoire et en prolongement du soutien apporté aux actions de préservation de la biodiversité dans le cadre de Natura 2000, elle se décline en 20 actions engagées sur cinq ans.

90 000 €
C’est le montant de l’enveloppe qui sera consacrée en 2013 pour aider les communes du territoire à développer la sylviculture et l’exploitation de bois sur les 11 912 hectares de forêts communales.

Parallèlement à une actualisation accélérée des Plans d'aménagement des forêts publiques par l'Office national des forêts, la Communauté du Pays d’Aix a en effet créé un fonds de concours couvrant jusqu’à 40% du montant des travaux engagés par les communes pour des opérations de coupes sanitaires, d’amélioration du peuplements de résineux ou des actions destinées à réduire les menaces sur la forêt et la biodiversité.

Tout en rendant les forêts moins fragiles, cette incitation doit permettre d’accroître la production de bois destinée à être valorisées et de générer, à terme, de nouveaux revenus pour les 30 communes forestières que compte le territoire.


Protégeons la Chevêche d’Athéna, une chouette emblématique de nos campagnes


photo Gilles Viricel

La Chevêche d’Athéna est un petit rapace nocturne qui vit près des hommes. Sa présence est un bon indicateur de l’évolution des milieux agricoles. Au printemps 2012, le Parc naturel régional du Luberon et la Ligue de protection des oiseaux ont mené une campagne de recensement de cette chouette sur le territoire de la Réserve de biosphère Luberon-Lure. Plusieurs observateurs ont ainsi effectué des écoutes nocturnes pour dénombrer et localiser les couples nicheurs de chouettes dans les communes afin de connaître l’évolution des effectifs.

La Chevêche d’Athéna, une espèce caractéristique des paysages agricoles traditionnels.
La Chevêche - ou Machotte en provençal - est encore assez répandue en France mais ses effectifs ont connu une baisse de l’ordre de 50% depuis les années 1960, à cause de la destruction de son habitat et de l’usage de pesticides.
Pour nicher, cette petite chouette est étroitement tributaire de la présence de cavités, offertes par les vieux arbres (qu’il est important de conserver), et par les vieilles bâtisses et les cabanons. Lors de la rénovation du bâti rural ancien, les propriétaires devraient donc conserver une cavité discrète ou placer un nichoir de remplacement permettant à la chouette de se reproduire.

Les résultats 2012 : 1 383 points d’écoute nocturnes à l’échelle régionale !
Le recensement a été réalisé sur la même période dans les Parcs naturels régionaux des Alpilles et du Verdon, la Réserve de biosphère du Mont-Ventoux et le grand site de la Sainte Victoire. 125 participants ont sillonné les secteurs agricoles de 146 communes, et la présence de la Chevêche a pu être confirmée sur 91 communes avec 594 mâles chanteurs recensés, soit plus de 40% de la population régionale connue de l’espèce.

Dans la commune de Pertuis, ce sont 25 points d’écoute qui ont été réalisés, permettant de recenser 57 individus dont 43 mâles chanteurs.

Pour connaître tous les résultats commune par commune, cliquez ici ou connectez vous à www.parcduluberon.fr.

S’intéresser à la Chevêche pour maintenir sa présence dans nos campagnes, c’est défendre un cadre de vie sain et une agriculture respectueuse de l’environnement. Cette enquête sera reconduite tous les quatre ans, afin de constituer un indicateur permettant d’évaluer l’évolution de la biodiversité dans les milieux agricoles.

Pour tout renseignement :
Parc naturel régional du Luberon
BP122 84404 Apt Cedex
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. ou 04 90 04 42 00

Un projet soutenu par la Direction régional de l’Environnement, de l’Aménagement et du Logement, la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur, les Conseils généraux des Alpes de Haute-Provence, Vaucluse et Var.


Natura 2000 Durance

Natura 2000 est un programme européen qui vise à préserver la diversité biologique et à valoriser les territoires. En France, le réseau Natura 2000 couvre 6,8 millions d'hectares, soit plus de deux fois la superficie de la région PACA !

La Durance constitue le plus long site Natura 2000 de PACA avec 230 kilomètres de cours d’eau, du barrage de Serre-Ponçon à sa confluence avec le Rhône. Grande rivière à la fois alpine et méditerranéenne, son fonctionnement a profondément évolué depuis quelques décennies (extractions de graviers, aménagement agro-industriel)...Lire la suite