Site officiel de la ville de Pertuis

04 90 79 02 74

Le mot du Maire

Chères Pertuisiennes,
Chers Pertuisiens,

J’espère que vous avez pu profiter pleinement des événements festifs, sportifs et culturels que nous vous avons offerts ces derniers mois car nous nous sommes mis en quatre pour vous faire passer un été agréable et convivial. Riche, c’est le mot qui convient pour qualifier ce programme estival qui a réjoui, une fois encore, petits et grands.

Jugez plutôt : tournée d’été TF1, banquet républicain autour de notre nouvelle et magnifique statue à l’effigie de Mirabeau, corso fleuri, course de radeaux sur le canal, fête de la musique, festival d’arts de rue, mapping video, 1er festival de cinéma en plein air, concert de Collectif Métissé, festival de bigband, national bouliste de jeu provençal, Pertuis plage, 1er festival de street art… la liste est trop longue pour tous les citer, mais j’espère que vous aurez pris plaisir à participer à toutes ces animations qui font battre le cœur d’une ville qui bouge et qui avance avec vous !

A présent, je suis malheureusement obligé d’évoquer un sujet bien moins réjouissant qui assombrit notre avenir, la métropole.
Il faut que sachiez que la chambre régionale des comptes, les magistrats financiers des collectivités territoriales, a rendu pendant l’été un rapport au vitriol sur la gestion de 2008 à 2014 de l’ancienne communauté urbaine Marseille Provence Métropole (MPM).

Après des années de gestion calamiteuse entachée d’irrégularités, que d’importantes hausses d’impôts n’ont pas compensées, MPM se trouvait en 2014 en situation de faillite avec une dette de 1,6 milliard. Avant son intégration dans la métropole, elle avait en outre votée une liste de projets à la Prévert de plusieurs milliards d’euros qu’elle était dans l’incapacité de financer dans le futur. Oui, vous avez bien entendu, des MILLIARDS et non pas des millions d’euros ! Qui en hérite à présent ? La métropole bien sûr, qui a absorbé cette structure, et dont la dette est composée à 71% de celle de l’ancienne communauté urbaine. Plombée par cette dette dès sa création, la métropole se voit contrainte de diminuer drastiquement ses investissements et d’augmenter les impôts.

Confirmant nos pires craintes, ce rapport dissipe donc sans ambiguïté l’écran de fumée mensonger que le gouvernement avait déployé pour flouer les parlementaires, les élus du territoire, les entreprises et les citoyens sur le bien-fondé d’une métropole Aix-Marseille Provence.

Les Pertuisiens et toutes les communes du Pays d’Aix qui disposaient jusqu’à présent d’un modèle économique et fiscal vertueux vont en faire les frais et nous risquons de sombrer dans l’appauvrissement et le chaos. Je ne resterai pas les bras croisés sans combattre ce qu’il convient d’appeler un scandale d’Etat.

Forts de ce constat, nous avons voté lors du Conseil municipal du 27 septembre dernier, une délibération demandant à la chambre régionale des comptes, les suites qu’elle envisageait de prendre et des études complémentaires sur la viabilité financière d’une structure qui semble déjà compromise. Des motions à l’attention du Président de la République et du Président de la métropole Aix-Marseille Provence ont été votées afin de les alerter sur ces dérives et leur demander d’amender les lois MAPTAM et NOTRe avant que la monstropole ne nous engloutisse dans son naufrage.

Soyez assurés, Chères Pertuisiennes et Chers Pertuisiens, que je continuerai à me battre jusqu’à mon dernier souffle pour défendre l’existence et le libre arbitre de notre ville et de ses habitants.

Vive Pertuis ! Vive la France, vive le Pays d’Aix, Vive Pertuis !